• Thé Rouge de la Côte Est de Taiwan : Da Yeh Tea Masters

     

    Hier, Stéphane Erler dégustait un Thé rouge de la Côte Est de Taiwan dans de la porcelaine digne des plus beaux musées d’Europe!
    Tant mieux d’ailleurs que cette vaisselle serve à présent bien vivante en ce siècle et dans les mains de Stéphane.
     
    Il m’a ainsi mis le Thé à la bouche et je me suis appliqué.
    Bref, je vous présente l’un de mes thés rouges préférés.
     


    Thé rouge Da Yeh de la Côte Est de Taiwan.
    Il est fait à base du théier cultivar Da Yeh(Grandes feuilles)Oolong.
    Poussant sur un terroir de moyenne montagne,entre 600 et 1000 mètres.
    Pas de pesticides pour ce “Cha Beau Thé Rouge.”


    Pas de pesticides pour ce “Cha Beau Thé Rouge.”
    A l’image du Bi Luo Chun Taiwanais de”La Cave à Thé”un thé vert issu d’un fermier faisant naturellement,manuellement les choses.Dans ces deux familles de thé,on sent cette application et ce coté naturel&pur en tasse.Un travail soigné du fermier pour sa terre,ses plants,ses feuilles qui confèrent qualité et respect.De plus,la production de ce Thé de label “Bio”favorise la développement&la multiplication voir la prolifération du fameux criquet”Jacobiasca formosana Paoli”qui grignote l’été les feuilles comme pour la Beauté Orientale ou d’autres Oolongs bruns tel le Roi Brun de Taiwan,le Tai Bai Zui Jiu. 


    Tai Bai Zui Jiu

     

     

    Photo Tea Masters Jacobiasca formosana Paoli
     
    La réaction chimique entrainée par les morsures de l’insecte assure comme le début d’une oxydation&”fermentation”sur pied.
    Ainsi le résultat obtenu en tasse est un thé rouge aux arômes intenses&fins glissant tout seul,sucré comme comme un sirop&de manière naturelle.
    Grande souplesse&rondeur.
    Lisse&gouleyant,suave en bouche.
    Oxydation des feuilles à 1OO%.
    Les odeurs et parfums s’exhalant de la théière sont succulents et chauds se rapprochant de ceux de l’Oriental Beauty:fruités,mielleux et intenses.
    Des arômes de fruits murs.
     

    Beaucoup de cannelle pour épicer le tout et un pôle céréalier orge&malté sublime.
    Rond,boisé et des notes tertiaires en finale.
    Tout semble accordé&lié.
    Le goût est intense mais toujours doux.
    Sur sa finale,il y a aussi un côté acidulé comme une petite astringence un bouquet floral assez vif me rappelant quelque peu les Grands Noms de Thés rouges Chinois si parfumés tels les “Keemun Mao Feng” et leur fragrance de Rose ou encore par son gout fruité de Cerise Le “Panyong Golden Needle” du Fujian.
    Typiquement des arômes d’un Thé Rouge de Première classe.

    La version Taiwanaise est encore plus souple que ses homologues chinois;c’est différent.
    Moelleux incomparable et d’une rondeur du”juste ce qu’il faut” pour être harmonieux avec le reste.
    En infusionYin,en brassage Yang c’est toujours bon,il est flexible.
    Sa saveur sucrée,ronde et boisée persiste longtemps.
    D’où un bon moment d’After Taste sucré/boisé garanti.
    Un Thé Rouge gorgé de soleil et qui mérite des louanges.
    Sa texture est parfaite.

     


    Sirupeux;riche au nez à la bouche de saveurs sucrées de fruits,de fleurs;du parfum de l’été et tellement tellement gourmand…c’est donc complet.
    Exotisme quand tu nous tient.

    En Xi Shi Zi Sha cuite à haute température qui assure de par son petit gabarit précision&concentration des parfums&saveurs.
    10 cl,5 grammes 2/2/5/9/11minutes.
    Eau Mt Roucous et pour une fois une simple bouilloire en fer sur la plaque;95°C.Une eau plus”dure”& vive pour ce thé si moelleux et cela a plutôt bien fonctionné.
    La Lin’s se révélant surtout admirable à mon gout dans le rendement eau/terre/feuilles sur les thés verts,blancs et certains Oolongs pas tous;et les pu erh que j’aime en rendu moelleux.
    J’en suis à cette première constatation:la Lin’s délivre une eau hyper moelleuse qui ne convient pas à tous les thés.
    Néanmoins c’est une bouilloire exceptionnelle pour la plupart mais…voilà!c’est pour pinailler sur ces détails importants.



    A l’image de la sortie de l’eau des terres Banko je la sens ainsi l’eau sortant de la Lin’s;y voyant de sacrées différences sur ces familles de thés:les thés délicats pour faire général.
     

    Comme le précise Akira Hojo:

    “However purple clay is not suitable for all types of tea.
    It is very good for the tea that is nice with a mellow taste such as green tea, flower tea, pu-erh ripe tea and vintage pu-erh tea.”


    Thank You Akira!


    Merci à Stéphane Erler.


    A Lionel H.qui a une version similaire de ce thé rouge taiwanais dans sa”Cave à Thé”;de qualité même dans une version“Topinambour”ou“Violetta”vous avez le choix!
    Entre l‘Ovomaltine c’est de la dynamite!et les parfums de violette.
    Je vous recommande toutes ces versions si vous appréciez ce genre de gourmandise.





    « Qi Lan 4 : Oolong Taiwanais M3T / First Round Xi Shi Zhu NiGao Shan Hung Shui Oolong Shan Lin Shi Printemps 2010 Tea Masters »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 5 Août 2011 à 20:26
    Jolis contrastes sur tes photos !

    Dis moi, tu n'avais pas dit utiliser ta Shimizu Ken pour les thés rouges à un moment donné ?

    Sinon, belles réflexions sur la Lin's que je rejoins. Je ne l'utilise plus en phase de découverte d'un thé. Trop de travestissement, pour le pire ou le meilleur d'ailleurs, mais modification in fine indeed !

    Ciao !
    2
    Vendredi 5 Août 2011 à 21:48
    Salut David,

    En ce qui concerne les contrastes et la Shimizu Ken cela va de pair!
    J'y ai pensé à la Red Clay mais elle fait 20 cl et là j'avais envie de Gong Fu Cher avec la petite Xi Shi : concentration des parfums;et le parcourir et à mon grand étonnement il ne fut pas monolithique dans le sens formé d'un seul bloc sans évoluer rigide comme peuvent l'être certains thés rouges chinois de mauvaises qualités;5 grammes et des infus moyen courtes m'ont donné à voir les différentes strates de ce thé.
    D'où une"séance"assez longue et les contrastes naturels de fin de journée : plus sensibilités Iso différentes et quelques corrections d'expo au boitier.Pas de contrastes Photoshopien!j' peux pas!
    En Yin Shimizu Ken 20 cl j'aurais noyé la liqueur pas assez de grammes cela aurait été surement bon,plus plein mais je voulais vraiment le gouter dans le détail et je crois qu'ici ce fut une bonne décision.
    De plus les thés rouges comme les Keemun Panyong et j'y inclus ce Da Yea ont besoin à mon gout d'une belle restitution des saveurs et la Zi Sha en tout cas celle ci convient bien:le mieux étant la porcelaine à mon gout.
    Pour l'instant Shimizu excelle sur du Yunnan celui de Lionel H.il est un peu à part par rapport à un thé rouge Keemun par ex qui joue la carte des parfums floraux,fruités,le Yunnan est différent moins complexe organo leptiqueme,t cher David! ;quelques bons puerh anciens et de bons jeunes.Mais ce Da Yea sera j'imagine très bon dans la Red Clay à tester.
    Oui la Lin's et c'est logique est une bouilloire en terre poreuse et évidemment à l'image de nos terres théières elles altèrent comme tu le dis si bien pour le meilleur et parfois le pire trop moelleux et sans attaque!Faut apprendre à connaitre son thé et par intuition et travail se demander si Lin's opère ou pas.
    Je dis cela mais elle fonctionne à 98% du temps des thés.
    Tjrs au profit/et au détriment de...rien n'est parfait;en tous les cas on se pose les bonnes questions je crois.

    Merci David.
    3
    Samedi 6 Août 2011 à 18:44
    Salut à vous,

    Presque au moment où j'allais passer commande pour une Lin's, je prends connaissance de vos expériences avec cette bouilloire.

    Pensez-vous que pour une consommation principalement composée de Oolong verts et Wuyi, ainsi que des Pu er crus (plus occasionnellement rouges et verts chinois) il vaille plus la peine de se saigner à blanc et commander une authentique tetsubin auprès d'Akira ou est-ce que la Lin conviendra très bien pour ce type de thés et pour le reste ?

    Merci d'avance pour vos précieux conseils,
    4
    Samedi 6 Août 2011 à 20:07
    Salut Nicolas,

    Mon conseil:Commences par une Lin's "entraines"-toi avec à faire des infusions et sentir les différences de rendu sur tes thés et après passes si tu le souhaites à une authentique Tesubin;de plus celles d'Akira sont surement Top mais niveau porte feuille cela risque en effet"de te saigner".
    Prends ton Temps;regardes David et moi on en arrive à des constatations après des mois d'utilisation sur des petits détails.La Lin's te sera d'un grand apport sur les thés que tu aimes.

    à bientôt
    5
    Dimanche 7 Août 2011 à 03:07
    D'autres choses me viennent en tête:je commence dejà par te poser une question?
    Sens-tu l'influence de tes terres théières sur l'eau;le rendu est-il différent?
    Si oui;si tu sens ses nuances alors tu peux foncer sur une Lin's;si tu ne sens rien ce n'est pas la peine:il faut ce déclic avec les terres des théières puis passer à la bouilloire "sophistiquée" en terre poreuse style Lin's.Le mieux est de bien maitriser ton eau dans une simple bouilloire "neutre"en fer ou en verre il en existe,une eau peu minéralisée et surtout un bon thé,de belles feuilles.

    Perso mon parcours a été celui là une simple bouilloire pendant 3 ans env. puis une première céramique de moyenne qualité 1 an et la Lin's enfin il y a peu de temps bientôt un an à la rentrée.
    Je dois me faire encore une idée plus précise sur l'eau car des fois je prends vraiment la tasse sur ce sujet! voir je me noie;pour passer à une véritable Tetsubin digne de ce nom.
    Faut être prêt à utiliser ce genre d'objets précieux et je suis loin du compte.L'étain m'intéresse aussi et bien sur l'Argent;mais tous ces matériau coutent chers aussi.
    Il y a aussi les jarres Lin's Purion ou tu laisses reposer l'eau durant une nuit avec réaction des minéraux etc...

    Il y a aussi les bouilloires de Stéphane ERLER moins chers que Lin's qui a augmenté fortement ses prix.

    Finalement la Lin's t'apprend beaucoup de choses sur l'eau comme les terres de nos théières et ca c'est bien;mais plus j'avance et me dis que des bonnes feuilles d'excellence n'ont pas besoin d'être"transformées".Ce serait comme les trahir.Je force le bouchon!
    A présent par ex.je n'utilise plus que la porcelaine ou la Zhu Ni tout ce qui arrondit au placard pour l'été!la Lin's opère car je connais à présent son eau qui convient à la plupart des thés.Pour la porcelaine et de surcroit la Zhu Ni il y a le fameux au profit et au détriment de...ainsi une Zhu Ni bien chaude fera apparaitre tous les défauts d'un thé moyen alors qu'elle émerveillera parfois de superbes feuilles;idem pour la porcelaine.Dans une Zi Sha bien poreuse il m'arrive d'infuser des thés "sans plus" et tout ressort sympa!et dès que j'introduis ces mm feuilles en Zhu Ni bof bof.
    Tout un débat.

    à plus
    6
    Dimanche 7 Août 2011 à 03:34
    Ah encore mon analogie avec le Son et la Musique!

    Sur un matos pas digne d'une Hi-Fi un disque de production naze et commerciale avec des sons tous formatés,du médium pourrax,des basses qui font du bruit ce mm disque sonnera à peu près pas trop mal car il est fait comme ce matos et il est fait comme ces disques.Par contre sur de la Haute Fidélité ce sera une catastrophe car par la neutralité et la justesse de restitution du son de certains amplis tout apparaitra au grand jour!
    Précisons qu'il y a aussi des gouts et des couleurs de Son que l'on préfère comme pour le Thé;certains aimeront le (son français),doux, velouté et en mm temps ciselé&précis pour faire rapide et d'autres un son plus américain plus incisif dynamique et métallique.
    Écoutant principalement du Jazz sous toutes ses formes le son français est perfect à mon oreille;mais si tu écoutes un autres styles de sons plus rock blues peut-être faut-il un peu plus de mordant.
    Aimant précision&moelleux du rendu sur les Gao Shan Cha:de superbes perles musicales de Taiwan,la Lin's est comme mon Son français très très appropriée tout du moins pour le moment et à mon palais.

    Pour la suite?je n'en sais rien.
    7
    Dimanche 7 Août 2011 à 13:37
    @ Philippe : merci des explications. Je vois tout à fait ce que tu veux dire.

    @ Nicolas : je ne pourrais pas te dire plus de choses que Philippe. D'un point de vue très manichéen, j'ai envie de dire qu'il ne faudrait utiliser la Lin's avec autre chose que de la porcelaine ou alors être sûr que ses terres s'adaptent bien avec l'eau d'une telle bouilloire. Et là, c'est sûr qu'une zhuni aura plus de chance d'être compatible car si tu utilises de paire une terre qui arrondit également, le double arrondissement pourra être fatal, notamment pour les thés que tu cites.

    Après, il faut se dire aussi qu'avec Philippe on pinaille. On est dans une recherche/curiosité bien à nous. Mais manier une Lins restera toujours un plaisir incroyable quel que soit le rendu.

    Bon dimanche.
    8
    Nicolas
    Dimanche 7 Août 2011 à 21:43
    Merci à tous les deux pour vos messages et expériences.

    Disons que j'ai dégusté pendant quelques années mes crus au gaïwan avant d'acheter quelques théières en Yixing. Au moment où j'ai passé ce "cap", je m'étais alors promis de ne pas abandonner ce vieux compagnon de route que pouvait être le gaïwan... et de toujours savourer chaque thé par ce moyen — même s'il devait y avoir une théière dédiée à ce type de cru.

    Ce faisant j'ai aussi découvert progressivement les différences capitales que la Yixing peut faire sur un thé en comparaison à la neutralité du gaïwan en porcelaine. Ensuite on est curieux et on goûte l'eau seule à la sortie de la bouilloire puis celle une fois passée dans la théière seule. La différence est nette : alors que la première est dure (voire agressive) ; l'autre est bien plus douce et arrondie, comme une caresse.

    Le choix va être difficile à faire je le crains, car malgré vos bons conseils, je ne peux m'empêcher de penser qu'avant le thé et la théière, il y a nécessairement la bouilloire. Si cette dernière devait trop typer l'eau, on ferait en quelque sorte un péché à la base (cette espèce de "trahison" que tu évoquais Philippe). Et si l'on possède une bien plus grande marge de manoeuvre sur le thé et les théières, la bouilloire reste toujours la même — pour ma part en tout cas car je ne peux me permettre d'en avoir plusieurs.

    Quel que soit mon choix définitif, je tiens à vous dire que c'est un immense plaisir de recevoir l'avis d'amateurs éclairés dont je lis les expériences depuis un certain temps déjà. Bonne suite à vous,
    9
    Dimanche 7 Août 2011 à 22:36
    "je ne peux m'empêcher de penser qu'avant le thé et la théière, il y a nécessairement la bouilloire."

    Pour moi, influence akiréenne oblige, la meilleure valeur ajoutée possible vient du choix de l'eau et ce avant tout le reste, sauf la qualité des feuilles évidemment.

    La bouilloire idéale est avant tout une bouilloire inox qui ne voit qu'un seul type d'eau. Et là, pas besoin de se ruiner, il faut juste trouver un modèle sans plastique en contact avec l'eau si possible. Tout le reste est superflu. Une bouilloire comme la Lin's ou une tetsubin, ça devrait venir après.

    Akira ajoute que si on utilise plusieurs eaux différentes, genre une "hard" et une "soft" ou yin et yang comme l'explique Matt, il vaut mieux avoir deux bouilloires en émail différentes dédiées.

    Il dit également qu'une théière doit toujours recevoir la même eau, quitte à infuser des thés différent dedans (si possible de la même région quand même).

    À méditer...
    10
    Nicolas
    Dimanche 7 Août 2011 à 23:59
    Cher David,

    Je regrette que tu aies pensé que j'avais oublié la question de l'eau par le fait que cela n'apparaissait pas dans mes messages.

    En ce qui me concerne, j'ai la chance d'avoir une excellente eau à la base, qui une fois filtrée, donne des résultats proches de la Mont Roucous sur une comparaison en bandes test de dureté.

    De ce côté, j'ai donc de très bonnes conditions, raison pour laquelle je n'ai pas évoqué ce sujet dans mes messages.

    Merci pour tes remarques encore,
    11
    Lundi 8 Août 2011 à 00:06
    "Il dit également qu'une théière doit toujours recevoir la même eau, quitte à infuser des thés différent dedans (si possible de la même région quand même)"

    Merci Nicolas fidèle lecteur pour la confiance que tu nous accordes à en effet un amateur éclairé David et un amateur barré&perché bordelais!
    L'eau la Mère du thé élément primordial;j'ai commencé à découvrir l'eau et ses différences avant de me pencher sur les feuilles;du coup je suis un hyper sensible de l'eau.Je ne déguste pas de thé tous les jours par contre je fais marcher une terre presque tous les jours savourant ainsi l'Eau qui en sort.On pinaille avec David car avec Akira il y a eut comme une confirmation de cette Mère du thé;on a ainsi grâce à Maitre Akira "gagné" du temps pour mieux se pencher sur les feuilles.Puis l'after taste et son importance sur le ressenti d'un thé c'est une formule difficile à trouver parfois cela tombe juste parfois cela sonne faux.C'est pourquoi on persiste et signe et on continue sur La Voie du Thé.Encore tellement de choses à apprendre et à se faire surprendre.

    Mont Roucous pour l'Eau!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :