• Shan Lin Shi d'automne 2010 & Li Xin Zhu Ni sous une chaleur d'été / Pois de Senteur

     

     

     
    Fin de sachet de ce Shan Lin Shi d’automne que je vous ai présenté il y a 6 mois sous d’autres conditions.
    En effet,il a fait très chaud sur la région bordelaise 33°C.Lors de sa réception il fut accueilli et dégusté dans la chaleur de mon foyer.Des différences notables dans la perception:en hiver on y recherche peut être plus un certain réconfort dans le fruit comme pour se rappeler que le printemps et l’été existent,on l’analyse,on s’y penche,on le scrute avec précision;en été on le déguste tout simplement…
     
     
    En ce Jour,il a été apprécié en plein air dans le béton brut de ma Cour avec pour seules ombrelles de beaux Pois de Senteurs tels de petits papillons virevoltants.Des odeurs splendides de ces Pois de Senteurs se répandent:de délicates fragrances comme lactées,une crème de lait le tout à la vue et à l’œil de ces reflets:couleur mauve et clair.Ce coté lacté et crémeux et non sans rappeler le moelleux de ces Chers Gao Shan.
     
     
    Un Cha Xi urbain, “The Urban Cha Xi”;brut,de décoffrage centré sur la table à thé,sa théière Li Xin Zhu  Ni et ce Thé.Un Gao Shan Cha qui tient toutes ses promesses à savoir un caractère unique.Ce n’est pas une cueillette de printemps ou d’hiver : saisons de la plus importante production d’Oolong dans l’année à Taiwan,mais bien celle d’Automne.

     

     
    Ce Shan Lin Shi a la force de ceux d’hivers dans son effet puissant&vivifiant sur le Corps&l’Esprit,dans une finale un peu sèche mais remarquable par sa pureté,la fraicheur et une saveur fruitée&florale rappelant ceux de printemps.Ici en dégustation 5 grammes Zhu Ni, il m’est apparu fin, pur,précisément.Par le coté agrume citronné de sa saveur,et cette pointe d’acidité typique de ce terroir Shan Lin Shi.Tout y est clairement défini,net&onctueux et frais.
     
     
    Réhaussé dans son piquant par la terre Zhu Ni et des infusions courtes (les temps de La Cave à thé 1min.30sec;45sec;1min;2min…), il permet 6 infusions délicieusement rafraichissantes.L’automne est une bonne alternative pour découvrir de bons Gao Shans de Taiwan.Ils sont nettement moins chers que ceux de printemps et d’hivers et peuvent être comme c’est le cas ici tout aussi bons et intéressants.

     

     
      Ce thé avec lequel j’ai passé d’excellents moments:une bonne quinzaine de sessions:que de bons&beaux souvenirs.Essentiellement en Zhu Ni ou en porcelaine grammage fort et temps courts.  

     

    Que ce soit emmitouflé dans la laine l’hiver à la lumière d’une simple bougie ou aujourd’hui baignant dans une chaleur et un puissant soleil évoquant le temps d’un été, ce Thé s’est montré en fidèle et agréable compagnon.
     
     
    Et mes Pensées vont à un Cher Ami du Thé qui vient de recevoir une Théière Mère!Article&Présentation Tea Masters Stéphane Erler

     
    « Lin's Ceramic Studio, Taiwan Modern UstensilesOriental Beauty & Li Xin Zhu Ni : Plateau des Sens & des Plaisirs »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 28 Mai 2011 à 03:37
    lionel a dit…

    Superbe cah xi urbain Philippe ! Cette photo en plan large du plateau à thé au milieu de la cour en béton est géniale ! Comme une oasis de fraicheur dans un désert aride...

    Comme Nicolas le soulignait récemment dans un commentaire, ton blog a le don de me donner l'eau à la bouche systématiquement...alors que mon chemin de thé en ce moment emprunte des sentiers bien différents des tiens, j'ai envie de mettre un coup de frein à main, virage à 180° et venir tutoyer tes gao shan dans une belle théière chinoise...
    26 mai 2011 09:03
    Philippe de Bordeaux a dit…

    Merci Lionel,

    Ton commentaire me touche puisque que ce blog n'a qu'une "prétention" si je peux me permettre c'est de donner par chaque image, par chaque propos l'envie d'aller s'imaginer dégustant et appréciant des splendeurs.Savoir provoquer toucher l'imaginaire de pleines gorgées de gao shan cha en l'occurrence.

    Oui le Cha Xi comme dans un désert de béton armé&aride! j'aime bien l'effet procuré : très brut, épuré avec comme pour seul oasis "culturé" la table à thé; sa Reine la théière, le thé sans oublier les tasses chacune différentes.

    Comme tu le disais récemment savoir se répéter quand c'est bien fait pourquoi s'en priver : bon c'est vrai je pousse le bouchon avec mes gao shan à longueur de temps mais ce sont ces thés qui m'ouvrent à d'autres plus complexes je m'entraine avec eux comme un alpiniste...
    Quand tu évoques tes japonais entouré par le caillou ta théière bien brute et travaillée cela me donne aussi envie de découvrir les japonais mais chaque chose en son temps il faut à mon sens se préparer le palais et longtemps travailler dessus pour pouvoir les apprécier.

    Merci Lionel.
    à bientôt.

    . PHILIPPE .
    26 mai 2011 10:18
    Philippe de Bordeaux a dit…

    L'hédonisme son principe de jouir impose une discipline stricte;jouir sans entraves est un leurre.
    Pour pouvoir jouir cela implique de s'y consacrer pleinement et de manière ardente appliquée.
    On vit le thé; une fois cela installé comme un art de vivre naturel on en profite encore mieux cela demande le Temps et faut que cela prenne.
    Le thé est acte d'Amour c'est ma seule conviction actuelle.

    Bonne journée.
    26 mai 2011 10:26
    hobthe a dit…

    Bonjour Philippe,
    ta dernière photo est vraiment bien : le plateau à thé à "l'abris" des pois de senteur triomphe de l'inertie du béton.
    Merci
    27 mai 2011 13:45
    2
    Samedi 28 Mai 2011 à 03:37
    hobthe a dit…

    Bonjour Philippe,
    ta dernière photo est vraiment bien : le plateau à thé à "l'abris" des pois de senteur triomphe de l'inertie du béton.
    Merci
    27 mai 2011 13:45
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :